Les "Manus" - Macon - Fabrication Tiges

Publié le par Eric C


Photo 01 & 02 (fin des années 50) : La fabrication des tiges - Atelier de déroulage pour la fabrication des tiges. Au premier plan les dérouleuses. Les copeaux fournis étaient empilés sur des paltes-formes roulantes, puis hachés (trois hachoirs au second plan). Les tiges étaient imprégnées dans un bac contenant un liquide ignifugeant, puis séchées (transport par tapis élévateur vers les séchoirs au 3° plan). L'ignifugation a poour but de permettre une extinction immédiate de la tige lorsqu'on souffle la flamme.
Photo 03 (fin des années 50) : Dérouleuse à tige au moment du dégriffage du rondin résiduel. Au premier plan, un billot est levé par palan électrique.

Photo 04 (fin des années 50) : Confection des charges de hachage. La table de sortie de la dérouleuse et le chariot mobile étaient dotés de rouleaux.

Photo 05 (fin des années 50) : A la sortie du hachoir (non visible sur la photo), les tiges étaient projetées dans le bain d'imprégnation où un tambour les brassait et les dirigeait vers le dispositif d'évacuation (vis d'Archimède au second plan, puis tapis d'amenée au séchoir).

Photo 06 (fin des années 50) : A la sortie des séchoirs (arrière plan), les tiges étaient brassées dans les tambours, puis nettoyées et triées sur des tables vibrantes (appareil au second plan de la photo). Dans ces opérations, elles se polissaient les unes contre les autres et on recueillait exclusivement des tiges calibrées à la sortie du nettoyeur. Ces tiges étaient rangées dans les bateaux. Au premier plan, on peut voir un chariot adapté au transport de tels bateaux.
Photo 07 (fin des années 50) : Une partie de la production de tiges était destinée à l'expédition à d'autres établissement. Dans ce cas, les tiges étaient empillées sous forme de galettes cerclées par des fils métalliques.

Publié dans Les "Manus" - Macon

Commenter cet article